Immobilier

Essaouira : entre architecture et histoire de la ville

Un travail sociologique dès la naissance de la ville

Il suffit pour comprendre la pluralité sociale et architecturale de la vieille de Mogador, d’observer la dénomination des noms, des rues et des quartiers de la vieille médina avant l’indépendance. Les nouveaux habitants du 3ème millénaire à Essaouira qui s'intéressent à tout ce qui touche l'immobilier à essaouira vous le diront, la ville a gardé le même nommage des quartiers et des maisons qui accueillaient les habitants venus des quatre coins du pays il y a des années déjà. En effet, nous assistons à une dénomination qui renvoie aux différentes villes et les noms de famille qui autrefois étaient appelées à venir peupler la ville. Sidi Mohamed Ibn Abdellah avait donné naissance à la ville pour meubler le vide entre Agadir et Safi, d’où le danger arrive souvent afin de nuire à la dynastie alaouite. Pour créer une homogénéité de toutes les composantes de la médina, il fallait faire un grand travail sur le plan sociologique. Il était donc urgent de rapatrier des familles entières et qui occupaient chaque quartier, le génie consistant à la fois à créer une harmonie solide dans le tissu social, mais également à transplanter une mini-société complète avec toutes ses nuances. Nous remarquons ainsi que des quartiers ont été appelés par leur ville de provenance, comme le quartier d’Agadir où le Mellah qui a longtemps abrité la population juive d'Essaouira. Cela illustre le socle et l’homogénéité du tissu social très réussi à cette époque à Essaouira comme modèle cosmopolitique.

La mosquée Ibn Youssef

Il ne faut pas être architecte pour remarquer sur les façades des maisons et dans les mosquées le génie de l’art architectural qui a émergé dans l’une des dernières villes alaouites. La mosquée Ibn Youssef est l'une des prestigieuses réalisations qui marque un nouveau type d’architecture. Elle est en effet un mélange des techniques rapatriées des différentes villes impériales du royaume chérifien. Cependant, le travail architectural notamment celui exercé sur les façades, les plafonds, le mihrab, ne copie pas tout ce qui se fait un peu partout comme à Marrakech, Fès ou Rabat. Il y a une remarquable créativité de la part des artisans locaux, l’identité de la ville est marquée comme un modèle original d’un patrimoine local. Alors que le visiteur est tenté d’identifier Essaouira à la ville de Marrakech et ses somptueux Riads et Kasbahs, il dissipe très vite cette idée et découvre une identité propre à la ville. Ainsi, ni Fès ni Marrakech, ni même les médinas du centre du Maroc n'ont pu annexer Essaouira sur le plan de l’identité architecturale. Cette mosquée reste l’exemple de cette identité de la ville, le mihrab (lieu du prêche à l’intérieur de la mosquée) n’est que le fruit d’un artisanat local, le bois de tuya aiguise les narines dans une atmosphère spirituelle, calme et silencieuse qui prône la connexion verticale.

La mosquée de la Kasba

Autre figure architecturale de la ville malgré sa situation géographique emblématique, la mosquée de Diabat est la pierre maîtresse de l’inauguration des travaux de la construction de la ville. Située dans le village de Diabat dans la région d'Essaouira à 4km vers le sud de la ville en direction d’Agadir, la mosquée de Diabat serait selon les historiens le premier édifice sur la zone rocheuse de la plage. Ce n’est que plus tard que la construction de la ville débutera. Les villageois de Diabat sont en quelque sorte les gardiens éternels du temple de Mogador. À votre arrivée, vous serez sans doute marqué par sa simplicité, son côté étroit mais également la matière utilisée dans les murs et les plafonds. En effet, l’espace vous emporte dans un sentiment inexplicable malgré la simplicité du lieu. il n'en résulte pas moins que la symbolique de cette mosquée tienne une place de choix dans le cœur des autochtones de la ville d’Essaouira. Diabat est aussi le lieu où Jimmy Hendrix a trouvé refuge pour méditer et composer de nombreux morceaux de musique. Ce lieu n'était pas choisi par hasard : le borj Sultan (Le temple du sultan) juste en face de la mosquée offre aux habitants d’Essaouira un véritable lieu de paix et de prospérité.